tireuse à sarments provitis vse430

En 2014, une démonstration de la tireuse à sarments Provitis VSE430 a été organisée le 13 mars 2014 par VignAgri, concessionnaireà Gaillac. Ce modèle, qui possède la particularité de tirer les sarments par le côté, permet de réduire les coûts sans toutefois remettre en cause le mode de conduite et le palissage.

Tireuse à sarments Provitis

 

Une machine pour tirer les bois rapidement, sans prétaille, avec broyage simultané possible

Le but d’une telle machine est, sans prétaille, de remplacer le tirage manuel des sarments une fois que les opérations de taille sur le cep sont réalisées : choix de la baguette, choix du courson, section de la baguette de l’année précédente. Le broyage des sarments peut être réalisé en même temps, puisque la machine ne demande qu’un débit hydraulique de 25 L/min,. Ce débit souvent disponible sans centrale hydraulique, laisse donc l’attelage arrière du tracteur et la prise de force libre pour l’animation du broyeur. Le choix de ne pas intégrer le broyeur à la machine se justifie afin de ne pas alourdir l’ensemble (350 kg) qui est porté à l’avant – droite du tracteur. L’attelage d’un broyeur classique à l’arrière permet en outre d’équilibrer les charges.

Particularités de la machine Provitis VSE430

Conçue par Provitis en partenariat avec un viticulteur du Val de Loire, cette machine se distingue des autres machines à tirer les sarments par son mode de fonctionnement. Alors que les machines Ero ou Clemens tirent les sarments vers le haut du palissage, la VSE 430 utilise un disque horizontal pour pousser les sarments latéralement vers une chaîne d’extraction. Les sarments sont ensuite amenés entre des rouleaux happeurs qui achèvent de les sortir du palissage et les laissent au sol sous le passage du tracteur. Ce mode d’action impose moins de contraintes mécaniques sur les fils de palissage. Les fonctions commandées de la machine Provitis sont : l’ouverture au piquet, pour rentrer dans le rang ; la mise en pression du vérin d’appui pour le passage du disque au piquet ; l’inversion du sens de rotation des rouleaux extracteurs pour régler les problèmes éventuels de bourrage et le réglage de l’appui entre les rouleaux. L’ouverture du capot facilite les opérations d’entretien.

Préparation du passage de la machine

Voici quelques règles à respecter pour faciliter le travail de la machine. Il est important d’éviter tout enroulement de la baguette autour du fil porteur. Le liage est fait en deux points : près de la souche et en bout de baguette. L’année suivante, il faut la couper à sa base, en la laissant attachée à son extrémité, de manière à ce que la machine tire l’ensemble des sarments issus de la baguette et pas une somme de petits bouts coupés. Les sarments coupés lors de la taille, comme l’ancienne baguette, doivent être orientés vers l’inter-rang dans lequel passe le tracteur de sorte que le basculement induit par le tirage de la machine, se fasse du bon côté, sans accrocher le fil porteur. Il faut impérativement éviter la formation de crochets avec le vieux bois et le sarment de l’année. Ceux-ci seraient susceptibles de rester coincés lorsque la machine tire les sarments. Il est possible d’augmenter le nombre de sarments extraits du palissage en les éloignant des piquets à l’issue de la taille : le disque les amènera plus facilement vers la chaîne d’extraction. Enfin, en fonction de la longueur des baguettes déterminée à la taille, on règle la largeur du tablier métallique présent sous les rouleaux afin de ne pas happer les souches.

Des améliorations à venir

Lors des diverses démonstrations réalisées, la machine a été confrontéeà des situations différentes d’un vignoble à un autre, ce qui devrait contribuer à la faire évoluer et la rendre encore plus intéressante. Une vis sans fin verticale devrait notamment être repositionnée vers le bas pour éviter de happer les fils peu tendus. Des diabolos devraientégalement être installés pour tendre les fils releveurs en hauteur et faciliter la préhension des sarments par la machine.

Un intérêt économique certain malgré un investissement initial important

Le prix de la VSE 430 a été fixé par Provitis autour de 23 000 euros pour le module de tirage des sarments, hors prix du mât polyvalent sur lequel elle est montée. Ce mât peut par ailleurs être utilisé pour d’autres équipements. Le coût complet avoisine ainsi les 28 000 euros. Compte-tenu de la période d’utilisation de cet outil, un achat en commun dans le cadre d’une CUMA semble le plus pertinent pour optimiser la rentabilité de l’investissement. L'IFV a réalisé une simulation économique qui permet d’envisager une rentabilité de la machine très rapidement, après environ 75 ha travaillés. Ce calcul est valable dans l’hypothèse où il y a une économie complète sur le poste de main d’oeuvre affecté au tirage des sarments. Dans la réalité, les chiffres peuvent être moins importants s’il s’agit d’une réaffectationà d’autres tâches pour une partie de la main d’oeuvre (permanente) et une économie sur l’autre partie. D’autre part, si le travail de la machine est incomplet, l’itinéraire mécanisé demandera un travail manuel complémentaire afin d’éliminer les sarments résiduels au moment du liage. Cela ne retire rien à l’intérêt de la mécanisation de cette opération, particulièrement longue et pénible.

retour à la liste

haut de page

 

En savoir plus sur la tireuse à sarments et l'étude technico-économique réalisée
 
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn - Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com
 
creation site internet Saint Brieuc
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn
Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com