Interceps ECOCEP (CGC Agri-Chabas)

En 2012, l'IFV Sud-Ouest a réalisé un test de l'outil interceps de CGC Agri-Chabas sur les vignes du Domaine Expérimental Viticole Tarnais (DEVT). De conception simple et innovante, l'Ecocep permet de travailler à vitesse élevée (jusqu'à 4,5 km/h dans nos essais).

 

Présentation

L’outil est un disque métallique à pétales qui vient épouser le contour des ceps.  Il n’est pas animé hydrauliquement, et sa conception le rapproche plus de la lame intercep que des houes rotatives. Sa faible inclinaison vers l’avant lui permet de rentrer dans le sol. La force avec laquelle il est maintenu dans le sol pour désherber sous le rang est déterminée par la pression hydraulique qui lui est appliquée par un vérin via un accumulateur. La pression de chaque accumulateur (droite / gauche) est réglée indépendamment avec l’hydraulique du tracteur par l’intermédiaire du boîtier de commandes. Plus le sol est compact et plus les souches sont fortes, plus il est possible d’augmenter la pression. Une fois le réglage effectué, l’hydraulique du tracteur n’est plus sollicitée. Au contact d’une souche, l’outil s’efface par appui grâce à un parallélogramme déformable. Il est possible d’utiliser un palpeur pour déclencher l’effacement, mais dans ce cas on ne bénéficie plus de l’approche optimale des souches et il est nécessaire de conserver l’hydraulique du tracteur pour la réactivité du mouvement d’effacement. Le palpeur est à réserver à l’utilisation dans des plantiers par exemple. L’outil dispose d’un réglage d’inclinaison latérale pour une action orientée chaussage ou déchaussage.

Action de désherbage

L’ECOCEP soulève une plaque de terre, sectionne les racines et provoque peu de projections. L’action superficielle semble meilleure qu’un travail à plus de 5 cm de profondeur car, dans la mesure où il n’y a pas de déplacement ou de fractionnement de la terre soulevée, le travail en profondeur dissocie mal les adventives des mottes de terre. Le travail réalisé par l’ECOCEP semble parfait pour un entretien sur le cavaillon légèrement butté, mais pas idéal pour une première intervention printanière à plat. L’action est potentiellement meilleure sur sol sec car plus sensible à la fragmentation et limitant naturellement la profondeur.

Conduite et aspects pratiques

Jusqu’à 4,5 km/h, l’outil se conduit sans souci. Au delà, on peut rencontrer des problèmes de stabilité latérale, ce qui est gênant car si l’ECOCEP sort trop sous le rang l’effacement latéral ne fonctionne plus. La profondeur de travail n’est pas facile à régler, car elle varie en fonction de la résistance rencontrée dans le sol de chaque côté. Ce n’est pas un problème de conception de l’outil, mais plutôt une question de châssis. Pour assurer un fonctionnement optimal, il faut compter sur un châssis procurant une grande stabilité. Le centrage automatique serait un  plus. L’inclinaison latérale des disques pour un travail de léger chaussage diminue le chevauchement de l’outil sur le rang, ce qui autorise des vitesses de travail encore plus élevées.

Points forts
  • Simplicité
  • Faible demande en hydraulique (voire nulle)
  • Vitesse de travail importante
  • Très bonne approche des souches sans palpeur
  • Palpeur possible pour les plantiers
Points faibles
  • Pas de position de repli pour le transport sur route? NB: on peut replier les deux modules en jouant sur les commandes des accumulateurs, mais dès que l’on relâche les boutons ils se redéployent.
  • Très bon châssis nécessaire pour tirer le meilleur parti de l’outil

retour à la liste

haut de page

 

En savoir plus sur l'interceps ECOCEP
 
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn - Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com
 
creation site internet Saint Brieuc
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn
Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com