Les fiches pratiques

Les lambrusques

Vitis vinifera ssp sylvestris (ou silvestris). La vigne sauvage, appellée couramment lambrusque, est le plus proche parent de la vigne cultivée. Il s’agit d’une plante rare et aujourd’hui menacée en France et en Europe.

Que sont les lambrusques ?

Vitis vinifera sylvestris (du latin silva, forêt ou arbre, qui rappelle son habitat naturel et sa proximité avec les arbres sur lesquels elle se développe), constitue une sous-espèce de liane du gensre Vitis (famille des Vitaceae), au même titre que la vigne cultivée qui en est issue après des millénaires de sélection (Vitis vinifers sativa). Les lambrusques sont considérées par nombre de spécialistes comme l’ancêtre ou le plus proche parent sauvage des vignes cultivées contemporaines et anciennes. Après de nombreux siècles de sélection effectuée par l’homme depuis sa domestication il y a environ 7 000 ans, les héritiers des lambrusques nous ont donné les nombreux cépages que nous connaissons aujourd’hui. Les lambrusques ne subsistent plus que dans certains milieux (berges isolées, lisières ou clairières de forêts, à des endroits peu exploités). Les peuplements sont souvent groupés au sein de stations botaniques ou unités topographiques assez restreintes. Les lambrusques sont des végétaux rares et officiellement protégés depuis 1995.

Lambrusques photographiées dans la forêt de la Grésigne (81)

 

haut de la page

Quelles sont les principales caractéristiques des lambrusques ?

La lambrusque est une liane ligneuse, grimpant dans les arbres et pouvant parfois atteindre 30-40 m de longueur. Quand elle est jeune, elle rampe sur le sol à la recherche d’un arbuste sur lequel se fixer, pour pouvoir grandir avec lui car la vigne ne possède pas de crampons pour s’accrocher directement aux arbres adultes. Une lambrusque peut vivre parfois plus de 100 ans et son âge est sensiblement équivalent à celui de l’arbre qui la porte. Il s’agit d’une plante dioïque, avec des individus mâles portant des fleurs à l’ovaire atrophié, et des individus femelles avec des étamines stériles. Les grappes sont petites (10 cm environ) et sont portées par les individus femelle. Les baies mesurent 6 mm environ, et sont noires ou pourpres, rarement roses ou blanchâtres. Dans un peuplement, les lambrusques sont principalement issues de reproduction végétative, les graines n’intervenant que rarement dans l’extension de cette plante au vu de la rareté des semis dans la nature. Elle colonise essentiellement les lisières forestières. En conditions culturales identiques à celles d'une vigne classique, les lambrusques se caractérisent généralement par un port extrêmement retombant, des rameaux très fins et des feuilles souvent de petite taille

haut de la page

Avec quoi peut-on confondre une lambrusque ?

Les lambrusques peuvent être confondues avec des individus issus d’anciennes vignes cultivées puis abandonnées et qui se sont reproduits par multiplication végétative (lambrusques postculturales) ou sexuée (lambrusques subspontanées) ou bien avec des porte-greffes ou des hybrides interspécifiques retournés à l’état naturel. D’un point de vue morphologique, les lambrusques se caractérisent par un sinus pétiolaire de la feuille plutôt ouvert à très ouvert, une feuille plutôt entière, présentant 1 à 3 lobes et un nombre important de dents courtes. Il existe une grande diversité de formes des limbes chez les lambrusques comme le témoigne la photo ci-contre. L’analyse génétique portant sur des locus microsatellites permet d’observer une très nette différenciation entre lambrusques et vignes cultivées.

haut de la page

Pourquoi les lambrusques sont-elles menacées ?

La sous-espèce a fortement régressé avec l’avancée de l’agriculture et le recul médiéval de la forêt sauvage, puis avec l’artificialisation des forêts, le drainage et la mise en culture de zones humides enforestées qui lui ont un temps servi de refuge. Les maladies introduites des Etats-Unis au 19ème siècle (principalement mildiou, oïdium et phylloxéra) sont venues encore fragiliser (voire décimer) les populations qui subsistaient. En effet, contrairement aux idées parfois répandues, les lambrusques ne sont pas résistantes aux maladies cryptogamiques ou aux parasites qui s'attaquent en masse à son parent cultivé. Cette sous-espèce est inscrite sur la liste des espèces végétales protégées sur l’ensemble du territoire français métropolitain.

haut de la page

Où sont localisées les principales stations de lambrusques ?

L'aire de distribution dans le monde des lambrusques est mal connue, car elles ont été souvent confondues avec des vignes cultivées, y compris dans les flores et les atlas. Les populations de lambrusques ont évolué au gré des glaciations et avec les impacts du déboisement par l’homme. Les lambrusques seraient autochtones même si elles sont très peu représentées dans les pays suivants : Algérie, Maroc, Tunisie, Iran, Iraq, Israël, Syrie, Turquie, Arménie, Azerbaïdjan, Georgie, Fédération de Russie, Daguestan (ciscaucasien), Turkménistan, Autriche, Tchécoslovaquie, Allemagne, Hongrie, Suisse, Moldavie, Ukraine/Crimée, Albanie, Bulgarie, Grèce, Italie/Sicile/Sardaigne, Roumanie Yougoslavie, France et Espagne. Des prospections réalisées dans plusieurs régions françaises, en 2000 et 2001, par un groupe de chercheurs internationaux, ont localisé les populations les plus importantes de lambrusques dans le Languedoc-Roussillon, dans le pays basque, en Corse et en Midi-Pyrénées. Il en a également été retrouvé récemment dans les Charentes. Des actions importantes de recensement des populations en France ont été effectuées en 2000 et 2001 par l’INRA, et ont abouti à une publication majeure en 2003 (T. Lacombe et al.: Contribution à la caractérisation et à la protection in situ des populations de Vitis vinifera L. ssp. silvestris (Gmelin) Hegi, en France, les Actes du BRG, 4, p.381-404). La forêt de la Grésigne (81) et ses alentours ont été depuis longtemps reconnus comme un refuge pour ces végétaux ; dès les années 1970, des ampélographes de l’INRA de Bordeaux (MM. Rives et Doazan, Mme Ottenwaelter) avaient prospecté divers sites de ce massif et collecté des échantillons, conservés dans les collections parmi de nombreuses autres lambrusques, notamment pyrénéennes.

haut de la page

Quels sont les travaux de conservation des lambrusques réalisés par l'IFV Sud-Ouest ?

Afin de préserver le patrimoine unique et en danger de lambrusques de la forêt de la Grésigne (81), certaines des origines retrouvées ont été précautionneusement prélevées et implantées en collection par l'IFV Sud-Ouest. Une quinzaine d'origines sont actuellement présentes en conservatoire sur le Domaine Expérimental Viticole Tarnais. La collecte d’échantillons végétaux de lambrusques s’avère très délicate : les souches, qui ne survivent que grâce à leur aptitude à croître sur un arbre, et qui s’élèvent donc progressivement avec lui, sont souvent difficilement accessibles lorsque leur végétation s’étale sur la canopée. Le prélèvement de fragments de bois de l’année en vue d’un greffage, même si l’objectif est la préservation du végétal, se doit de respecter l’intégrité de la souche sans la mettre en danger. C’est pourquoi, il est souvent nécessaire de réaliser des prouesses d’acrobaties à l’aide d’échelles hautes lorsque c’est possible, et de décréter certaines lambrusques « imprélevables » faute de pouvoir y accéder. Enfin, les pousses de l’année, issues de ces lianes non taillées et très ramifiées, sont extrêmement fines et souvent imparfaitement aoûtées (du fait, entre autres, d’attaques parasitaires en fin de saison). Leur greffage sur table à la machine en oméga est parfois impossible, et la seule solution est alors de réaliser à la main un greffage en fente simple, pratiqué à l’aide d’outils tels que lames de rasoir ou de cutter. Une autre solution est leur mise en culture franc de pied en serre dans des gros pots, durant un ou deux ans, le temps d'obtenir du bois ayant un diamètre suffisant pour un greffage classique.

haut de la page

retour à la liste

En savoir plus sur les lambrusques
 
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn - Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com
 
creation site internet Saint Brieuc
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn
Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com