Le Colombard B

Le Colombard provient d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Gouais et le Chenin.

Quels sont les principaux éléments de description du Colombard ?

L'identification fait appel :

  • aux jeunes feuilles de couleur jaune à plages bronzées
  • aux feuilles adultes orbiculaires à réniformes, entières ou à trois lobes avec un sinus pétiolaire très ouvert en V, des dents petites, une pigmentation anthocyanique des nervures nulle, un limbe involuté et, à la face inférieure, une densité faible à moyenne des poils couchés et des poils dressés
  • aux baies qui sont de forme elliptique courte

(pour comprendre et approfondir les critères de description ampélographique visitez notre rubrique dédiée)

Feuille Colombard Grappe Colombard

 

 

haut de la page

Quelle est sa phénologie ?

Epoque de débourrement : 2 jours après le Chasselas
Epoque de maturité : 2ème époque, 3 semaines après le Chasselas

haut de la page

Quelles sont les aptitudes culturales et agronomiques du Colombard ?

Le Colombard est un cépage fertile, très vigoureux et productif. Il peut être taillé long ou court selon les objectifs de production. La taille est assez difficile car le bois du Colombard est dur. A maturité, on peut parfois remarquer une légère tendance à l'égrenage.

haut de la page

Quelle est la sensibilité du Colombard aux maladies et aux ravageurs ?

Le Colombard est un peu sensible à l'oïdium sur feuilles et à la pourriture grise à maturité des raisins.

haut de la page

Quelles sont les potentialités technologiques du Colombard ?

Les grappes et les baies sont de taille moyenne. Ce cépage permet d'élaborer des vins plaisants, aromatiques (buis, pamplemousse, fruit exotique ou fruit de la passion) avec un bon support acide. Les eaux de vie obtenues à partir des vins de Colombard sont de qualité moyenne et surtout utilisées en assemblage.

haut de la page

Quelles sont les sélections clonales disponibles ?

Les douze clones agréés de Colombard portent les numéros 551, 552, 553, 605, 606, 607, 608, 609, 625, 626, 695 et 938. Plus de 180 clones sont rassemblés dans deux conservatoires plantés en 1995 et en 2002 dans le Gers. La Chambre d'Agriculture du Gers a étudié pendant 6 années le comportement et les performances des 12 clones agréés de Colombard. Le tableau ci-dessous résume les résultats obtenus sur un sol argilo-calcaire et sur le porte-greffe Fercal :

Clones Potentiel productif Degré potentiel Remarques
551 Moyen Toujours supérieur aux autres clones Précoce et régulier d'une année sur l'autre. Présente un port buissonnant, les opérations d'ébourgeonnage et de taille sont plus longues. Bonne aptitude à produire des vins blancs secs
552 Supérieur Différences peu significatives entre les clones

Caractérisé par de petites grappes.
Bonne aptitude à produire des vins blancs secs

553 Très Supérieur Bonne aptitude à produire des vins de distillation
605 Supérieur Précoce.
Bonne aptitude à produire des vins de distillation
606 Moyen Précoce, caractérisé par de gros bois. Port érigé facilitant le palissage.
607 Supérieur Bonne aptitude à produire des vins blancs sec. Toujours bien classé en dégustation
608 Très Supérieur Plus adapté à l'élaboration de vins de distillation
609 Supérieur  
625 Très supérieur  
695 Très supérieur Port érigé avec des mérithalles longs et de nombreuse vrilles
938 Très  supérieur Potentiel intrinsèque intéressant malgré sa productivité
626 Très supérieur Toujours inférieur aux autres clones Peu intéressant pour une production de vins de pays. Rendements excessifs souvent difficiles à maîtriser

 

haut de la page

retour à la liste des cépages

En savoir plus sur le Colombard et ses arômes
 
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn - Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com
 
creation site internet Saint Brieuc
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn
Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com