Nos axes de recherche

sol et biodiversitÉ

Les autres composantes du territoire doivent dorénavant être pris en compte par la filière viticole (agriculture, biodiversité, industries agroalimentaires...). La viticulture doit dorénavant être appréhendée au travers d'une approche multifactorielle : vigne, sol, eau, climat biodiversité, paysages. Le pôle Sud-Ouest de l'IFV développe plusieurs programmes expérimentaux en lien avec cette thématique.

Un robot autonome de désherbage mécanique pour la vigne

Ce projet financé par la région Midi Pyrénées et piloté par la société toulousaine NAIO est en cours depuis 2014. Il vise à créer un porteur autonome de désherbage mécanique pour la vigne, en utilisant les technologies de vision et guidage maîtrisées par NAIO dans un autre secteur : le maraichage. C’est en effet un moyen de rendre plus accessible aux viticulteurs le désherbage mécanique. L’IFV est impliqué pour la définition du cahier des charges technico-économique du robot en contexte viticole et est en charge des essais de terrain qui doivent démarrer en fin de saison 2015.

Personne à contacter :
Christophe Gaviglio

Vitiforest : un projet pour mieux comprendre l’impact de l’implantation d’arbres dans nos vignes

VitiforestL’agroforesterie consiste en l’association d’arbres autrement dit d’espèces ligneuses, et de cultures ou d’animaux sur une même parcelle. Elle peut prendre la forme d’alignements, d’arbres isolés, de haies positionnés au sein même de la parcelle ou en bordure. Cette pratique agro-écologique innovante qui n’en demeure ancestrale se développe depuis quelques années en grandes cultures et en élevage. En contexte viticole, l’agroforesterie en superposant à une culture pérenne une autre plante pérenne, risque d’intensifier les concurrences potentielles. Faute de références techniques, ce système de production qui s’inscrit pleinement dans une démarche d’intensification écologique des pratiques agricoles, reste confidentiel en viticulture. Dans le cadre d’un projet CASDAR, l’IFV Sud-Ouest, Arbre et Paysage 32 et leurs partenaires vont évaluer le comportement de systèmes de production agroforestiers dans trois contextes viticoles du grand Sud-Ouest aux exigences de production variées (Bordelais, Cahors, Côtes de Gascogne). Ce programme repose sur l’élaboration de protocoles d’expérimentation et sur le suivi d’une part de parcelles viticoles agroforestières «modernes» nouvellement plantées et d’autres part de parcelles plus anciennes, déjà fonctionnelles.

Personnes à contacter :
Thierry Dufourcq
Laure Gontier

Enherbement maîtrisé sous le rang : intérêt technique et économique pour différentes productions de vins du Sud-Ouest

Depuis plusieurs années, les vignobles du Sud-Ouest connaissent un développement important de l’enherbement de l’inter-rang. Sur les rangs de vigne, le désherbage chimique demeure le cas général. Or, enherbement sous le rangnormes réglementaires et pression environnementale font que la liste des herbicides proposés aux viticulteurs est de plus en plus restreintes. Le désherbage mécanique demeure l’alternative première à la non utilisation des herbicides. Cette technique d’entretien du sol sous le rang fait déjà l’objet d’études en cours sur le bassin de production du Sud Ouest. Une autre alternative, pouvant se révéler économiquement intéressante, se doit d’être étudiée : l’enherbement total de la vigne. Le projet a pour objectif d’étudier les possibilités d’un enherbement spécifique sous le rang de vigne afin de limiter ou stopper l’utilisation d’herbicides.

Personnes à contacter :
Laure Gontier
Christophe Gaviglio

Engrais verts en viticulture : intérêt technique et économique pour différentes productions de vins du Sud-Ouest

engrais verts viticultureL’entretien des sols est un élément important dans la mise en œuvre d’une viticulture durable. Le récent Grenelle de l’Environnement a fixé des objectifs ambitieux de réduction de l’utilisation des pesticides en agriculture. L’implantation d’un couvert végétal inter-rangs, une pratique qui connaît un développement important depuis plusieurs années en Midi-Pyrénées, permet de répondre à ces différents objectifs environnementaux. Cependant cette présence végétale, dans la plupart des cas mise en place de façon permanente, est susceptible de concurrencer fortement la vigne pour l’azote du sol. La culture d’engrais verts, mise en œuvre dans de nombreux systèmes de culture (grandes cultures, maraîchage, élevage…), est une technique susceptible d’avoir de nombreux effets bénéfiques sur le sol, tout en permettant une gestion optimisée de l’azote disponible pour la vigne par la maîtrise du couvert à la fois en termes d’espèces présentes et dans le temps. L’expérimentation mis en place par l'IFV Sud-Ouest porte sur la recherche du type de couvert le plus adapté (associations d’espèces) ainsi que sur les modalités de destruction des couverts, avec deux objectifs principaux: réduction des intrants et amélioration de l’alimentation azotée de la vigne.

Personnes à contacter :
Laure Gontier
Christophe Gaviglio

Le projet AgrInnov : vers la mise en place d’indicateurs pertinents et opérationnels de l’état biologique des sols agricoles

Outre sa fonction de support de production, le sol remplit de nombreuses fonctions environnementales (cycles du carbone et de l’azote, dégradation de polluants organiques, rétention de polluants métalliques...). Sa fertilité est liée à son bon fonctionnement et à l’activité des organismes qui le peuplent (faune et micro-organismes). Il apparaît essentiel de se doter d’outils de surveillance permettant d’appréhender les impacts de diverses pressions
environnementales (changements d’usages ou de pratiques…) sur ces organismes. Dans ce contexte, l’objectif du projet AgrInnov porté par l’Observatoire Français des Sols Vivants (OFSV) et associant dix partenaires dont l’IFV, est de valider des outils et un mode opératoire de transfert et de formation permettant d’instaurer un réseau de veille sur la vie biologique des sols en lien avec l’impact des pratiques agronomiques. La stratégie employée est tout d’abord d’identifier les bio-indicateurs opérationnels utilisables. Ces derniers cibleront deux composantes biologiques majeures des sols : la faune et les communautés microbiennes. En parallèle, des indicateurs d’évaluation agronomique simplifiée et de terrain seront mis en place (analyses physicochimiques du sol, observation de la structure du sol par le «test bèche», évaluation de l’activité de décomposition de la matière organique par l’utilisation de litterbag). Ceci permettra d’interpréter l’état biologique des sols en fonction des résultats des indicateurs agronomiques et plus largement en termes de services agro-écosystémiques. L’un des enjeux du projet est aussi de développer des outils d’information et de formation sur ces indicateurs afin que les agriculteurs puissent se les approprier d’un point de vue technique et au-delà qu’ils soient en mesure d’interpréter
les résultats et d’adapter leurs itinéraires techniques en conséquence.

Personnes à contacter :
Laure Gontier

haut de page

 
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn - Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com
 
creation site internet Saint Brieuc
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn
Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com